BROUHAHA – VERNISSAGE

Ce diaporama nécessite JavaScript.

AVEC :
Camille Bondon, Laurence Cathala, Clément Cogitore, Cindy Coutant, Aurélien Froment, Agnès Geoffray, Célia Gondol, Paul Heintz / Marianne Villière / Sébastien Trihan, Johan Larnouhet, Camille Llobet, Violaine Lochu, Dominique Petitgand, Alexandre Silberstein, Raphaël Tiberghien, Fabien Zocco

Une proposition de Mickaël Roy, commissaire associé

Brouhaha ouvre la saison d’expositions Et, toujours, ils tiennent le monde avec un ensemble d’œuvres qui empruntent à l’observation fragmentée que les artistes font de leurs et de nos relations au monde et des formes potentielles d’actualité, de récit, de virtualité et de fiction qui s’y déploient.

Le vernissage s’est poursuivi avec les interventions de :

Laurence Cathala

La Première Version et La Seconde Version sont publiées par Laurence Cathala à l’occasion de l’exposition Brouhaha, au Granit — Scène nationale de Belfort, du 16 septembre au 19 décembre 2017.
La Première Version (2014) est édité pour la troisième fois dans une version exposée et murale, elle est présentée dans la galerie du Granit.
La première édition du livre La Seconde Version, uniquement virtuelle, visuelle et orale, a lieu en ce moment, le 15 septembre 2017 à 19h environ, par le déploiement de ce document-affiche (42 x 59,4 cm sur papier blanc) et par la lecture à suivre des pages 473 et 474, dans la petite salle du Granit. Une édition des deux textes et de leurs notes a été imprimée aà 500 exemplaires, en recto-verso plié (42 x 59,4 cm sur papier couché mat), augmentée d’un autocollant (21 x 21 cm sur papier jaune fluo) et de ce même document-prospectus (14,8 cm x 21 cm sur papier blanc). Elle est distribuée gratuitement au public.
Toutefois, ces deux livres n’ont pas de nombre de pages, ni de nombre d’exemplaires, il n’ont pas été achevés d’imprimer, et ce en 2017.

Cindy Coutant

P1430180Low

Stream me a river est le compte-rendu d’une enquête menée dans le futur. La lecture est augmentée par des vidéos, des images et des discussions en temps réel avec des « crawlers » incarnées par des voix de synthèse qui fouillent internet et génèrent, via un programme, leur propre corpus de textes. Ces indices sont autant d’énigmes à résoudre qui nous permettent d’entrevoir une société cernée par un capitalisme linguistique extrême.

(extrait)
« UN MOT = UNE CHOSE, disait la pièce. Nous commençons à reconstituer le puzzle : En 2021, l’État d’Urgence Littéral Mondial (ou EULM) a été décrété, conséquence des mesures prises depuis la fin des années 10 visant à réguler le langage et les contextes d’énonciations. L’Autorité de Régulation Linguistique a été crée en parallèle de l’Observatoire des Réalités Multiples, chargé d’analyser les conséquences de la Grande Crise de l’Objectivité, et de la déprime généralisée qui a suivi. On a commencé à pucer l’ensemble de la population vers 2022 pour exercer un contrôle de la bonne humeur via la langue, en couplant cette technologie à celle des appareils cérébraux connectés. Les dictionnaires ont été purgés. La substitution d’un mot par un autre a été interdite. Les chemins des énonciations possibles ont été balisés, par un système innovant permettant de modéliser l’intention orale et d’infléchir son énonciation dans le droit chemin des configurations pré-établies et exploitables sans ambiguïté. Fini le doute. Fini le temps innocent de la suggestion. Le déterminisme technologique est en place. Le commerce illégal de sous-entendus a explosé. »

______________________________________

Nous remercions pour leur présence les artistes de « Brouhaha » : Laurence Cathala, Cindy Coutant, Paul Heintz, Marianne Villière, Sébastien Trihan, Johan Larnouhet, Dominique Petitgand, ainsi que ceux qui nous rejoindrons bientôt : Julien Amillard, Marie Freudenreich, Anne Immelé, porte renaud.

Nous remercions également de leur présence nos partenaires et soutiens: Jean-Marie Boizeau, École d’art de Belfort G. Jacot, Corinne Gambie, DRAC Bourgogne Franche-Comté, Anne Giffon-Selle et Amélie Lett, 19, Crac Montbéliard, David Houzer, médiathèque Héricourt, Valérie Perrin et Fabien Vélasquez, espace multimédia Gantner, Bourogne

Et bien entendu tous les visiteurs curieux qui nous suivent avec assiduité.

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s